Home » Non classé » Comment vérifiez-vous la qualité des formations suivies par vos salariés ?

Comment vérifiez-vous la qualité des formations suivies par vos salariés ?

Lorsque l’on consacre du temps à se former, c’est dans la perspective d’augmenter son niveau de compétence (voir l’article intitulé «Doit-on vraiment perdre du temps à se former ?»).
Malheureusement, participer n’est pas synonyme d’apprendre.
Il est donc nécessaire de vérifier, à l’issue de chaque formation suivie, que l’objectif d’amélioration des compétences a bien été atteint.

Pourquoi néglige-t-on trop souvent l’évaluation dans la formation professionnelle continue ?

C’est en effet très surprenant.
Les entreprises ont besoin de connaître précisément, et à tout moment, le niveau de compétence du personnel qu’elles emploient et/ou qu’elles recherchent.
Les salariés doivent pouvoir faire valoir des capacités reconnues pour évoluer dans leur vie professionnelle et/ou éventuellement s’y réinsérer plus facilement.

L’évaluation régulière du niveau de compétence des salariés est donc indispensable (voir l’article intitulé «Pourquoi choisir l’Université pour votre formation professionnelle continue ?».

La participation d’un employé à une formation est le moment idéal, pour effectuer cette évaluation car, sélectionner une formation pour un salarié impose d’analyser, préalablement, les tâches qui sont (ou seront) confiées au salarié concerné et les compétences que ces tâches requièrent.
A l’issue de la formation, le niveau des compétences atteint par le salarié sera ajusté.

Comment évaluer le niveau des compétences acquises lors d’une formation ?

Dans l’enseignement traditionnel (primaire, secondaire et universitaire), la bonne acquisition des compétences se matérialise par le passage dans la classe supérieure et/ou par l’obtention d’un diplôme.

Et dans la formation professionnelle continue ?

En imposant aux organismes auxquels vous confiez la formation de vos salariés que, chaque formation, intègre une évaluation des savoirs acquis.
Reste à déterminer les bases de cette évaluation.
Trois aspects sont à considérer : l’administration de l’évaluation, sa forme et son contenu.

1. l’administration de l’évaluation

Le travail de groupe est couramment utilisé lors des formations.
Cependant, aucun groupe ne reste homogène bien longtemps.
Rapidement une hiérarchie se constitue dans le groupe avec les leaders, les suiveurs, les opposants, …
L’objectif de ce type d’exercice est de démontrer que le groupe qui progresse le plus rapidement est celui qui sait utiliser au mieux les capacités de chacun et leur complémentarité.
Les forces des uns compensent les faiblesses des autres.
L’évaluation ne poursuit pas le même but.
Elle doit apporter une image aussi fidèle que possible des connaissances acquises par le participant à durant sa formation.
Cette évaluation ne peut donc qu’être individuelle.
A quel moment l’évaluation doit-elle être réalisée ?
A la fin de chaque thème abordé, à la fin de la formation, à d’autres moments ?
Il n’y a pas de règle.
Pour des raisons pédagogiques, il semble préférable de vérifier qu’un sujet a bien été compris avant d’aborder le suivant afin que les lacunes n’aillent pas grandissantes.
Dans tous les cas, l’évaluation en fin de formation reste indispensable.
Elle portera sur tous les thèmes abordés au cours de la formation et vise à vérifier la bonne mémorisation des connaissances acquises.

2. la forme de l’évaluation

Aucune forme n’est, a priori, à écarter et toutes ont leurs avantages et leurs inconvénients.
Cependant, chaque type de questions (questions ouvertes, questions à choix multiples, …) vise à apprécier un aspect particulier du savoir.
Une bonne évaluation combinera donc plusieurs types de question.
Les participants mal à l’aise avec un type de questions ne seront ainsi pas pénalisés et l’évaluation sera plus précise.
Mais la définition du type de questions n’est pas suffisante.
Il est nécessaire de connaître, aussi, le temps alloué pour répondre à chaque question et à l’ensemble du questionnaire.
On définira, enfin, les critères de valorisation des réponses (mots devant apparaître dans la réponse par exemple).

3. Le contenu de l’évaluation

Comme nous l’avons vu, l’évaluation devra, à la fois porter sur chaque thème abordé et couvrir l’ensemble du programme de la formation.
Par ailleurs, l’évaluation comprendra une grille de valorisation des réponses.
Elle permettra de définir, sur la base de critères objectifs, le moment à partir duquel on peut considérer que les savoirs sont effectivement bien acquis par le participant.
Certaines questions portent sur l’acquisition des fondamentaux abordés (ce qu’il faut savoir absolument) alors que d’autres questions visent à évaluer l’utilisation de ces fondamentaux.
La bonne acquisition d’une partie des connaissances peut ne pas suffire pour considérer que les connaissances devant être transmises lors de la formation sont bien acquises par un participant. Rappelons quand même, que l’on ne sait pas « à peu près » (c’est très à la mode dans la génération « Y »). On sait ou on ne sait pas.

Conclusion

  • L’amélioration du niveau des compétences acquis par la formation professionnelle continue est aussi importante pour l’entreprise que pour le salarié.
  • La bonne acquisition des connaissances par l’apprenant ne peut se limiter à une feuille de présence.
  • Elle doit être vérifiée pour chaque thème abordé lors de la formation.
  • Elle ne peut être effectuée qu’individuellement.
  • Elle doit aussi détecter les difficultés persistantes chez l’apprenant afin d’y revenir de façon spécifique pour combler ses lacunes
  • Le choix d’une formation doit intégrer la manière dont l’évaluation de la bonne acquisition des connaissances est réalisée.

Comments are closed.